toi qui viens de partir

Publié le par maria dora

vers cet astre caché dont le rayon vermeil,
non soumis par le temps , va t'envelopper toute
 tes pas ont devancé les notres sur la route,
celle qui doit conduire au dela du soleil.

qu'importe si ton corps n'a que vaine apparence ;
du haut de ces sommets ou réside la paix,
ton esprit reste en nous prisonnier désormais ,
dans la blancheur ouatant ton éternelle absence.

devant toi , grand départ , mystérieux arret,
les adieux de la terre ont des monceaux de larmes ;
le monde impréssionné reste muet , sans armes ,
exprimant la douleur du plus pronfond regret .

ce n'est pas une fin , mais une ombre légére
qui passe devant nous voilant ton entité ,
celle ou vont les élus de l'immortalité ,
celle ou l'ame s'en va vers l'unité lumiere ........
                                                                    graziella hansotte4.gif

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article